Movember : maladies, prévention et réflexes autour de la prostate

Movember : maladies, prévention et réflexes autour de la prostate

Située autour du canal séminal et de l'urètre, la prostate joue un rôle dans la sécrétion et le stockage du liquide séminal.  Elle a pour rôle la production d'un liquide translucide et est destiné à favoriser la survie des spermatozoïdes dans leur progression au sein de l'acidité vaginale. Bien qu’elle ne fasse généralement pas parler d’elle au cours de la première partie de la vie d’un homme, elle se met naturellement à grossir autour de 45 ans. Ce phénomène est normal, mais peut poser des problèmes d’ordre urinaire ou érectile chez environ 20 % des cas.

 

Symptômes et maladies

 

Avec le temps, plusieurs maladies peuvent venir affecter la prostate. Parmi les plus répandues, le cancer de la prostate (bien que la moitié soient inoffensifs), l’adénome (prise anormale de volume, fréquent chez l’homme âgé) et la prostatite (équivalent de la cystite chez la femme).

 

Le cancer de la prostate se développe à partir d'une cellule normale, qui se transforme et se multiplie de façon anarchique formant une masse appelée tumeur. Avec 65 000 nouveaux cas par an en France, le cancer de la prostate est le plus répandu chez l’homme, devant les cancers du poumon. Au vu de l'augmentation de l'espérance de vie, le risque pour un homme de déclarer un cancer de la prostate au cours de sa vie est en augmentation. En revanche, celui d'en décéder est en recul, notamment grâce à l'amélioration de la prise en charge et au diagnostic précoce : engagez-vous pour la santé de l’homme !

 

L’adénome (prise anormale de volume pouvant gêner l’éjaculation, très fréquent chez les hommes plus âgés) est une tumeur bénigne entraînant tôt ou tard une gêne au niveau de l'organe ou au niveau de l’organisme. L’intervention nécessaire pour la retirer est l’adénomectomie.

 

La prostatite aiguë est une inflammation d’origine microbienne. Plus rare, Elle affecte environ 1 % des hommes au cours de leur vie, allant de simples brûlures urinaires à des inflammations sévères. L’apparition d’infection urinaire fébrile chez un homme doit absolument faire évoquer une prostatite aiguë et impliquer un traitement antibiotique en urgence.

 

La consultation, élément essentiel

 

Il est indispensable de consulter un urologue quand apparaissent les premiers troubles. Plusieurs étapes seront nécessaires afin d’identifier le problème : un toucher rectal pour palper la prostate et en déceler les modifications, une IRM permettant de repérer 90% des tumeurs et un dosage sanguin du taux de PSA, une substance sécrétée par la prostate. Le fait de ne ressentir aucun symptôme ne dispense pas de ce contrôle, conseillé à l’approche de la cinquantaine.

 

Des réflexes bénéfiques pour diminuer les risques de cancer

 

Pour diminuer les risques de cancer, quelques réflexes quotidiens sont à prendre en compte.

 

  • Surveiller son poids : le gras est un tissu qui favorise la sécrétion d’œstrogènes (hormones stimulant le cancer de la prostate).
  • Limitez les graisses animales (viande rouge, beurre, fromage, charcuterie) au profit des viandes blanches : une alimentation riche en graisse augmente le risque de développer un cancer de la prostate.
  • Modérez votre consommation de produits laitiers : le calcium serait lui aussi un facteur de croissance des cancers de la prostate.
  •  A contrario, n’hésitez pas à consommer des poissons riches en oméga 3 (saumon, hareng, sardine) : les oméga 3 auraient tendance à activer les gènes associés aux défenses immunitaires, tout en bloquant les mécanismes de croissance des tumeurs. Leurs bénéfices sur la santé sont, en tout cas, très reconnus.
  • Consommez des fruits et les légumes ! C’est un fait incontestable, un régime alimentaire riche en fruits et légumes joue un rôle dans la prévention du cancer.

 

Incontinence urinaire masculine : la solution Pacey Cuff par Asept InMed

 

Sources

https://www.urofrance.org

https://www.ligue-cancer.net/

https://www.passeportsante.net