Incontinence urinaire masculine : explications, causes et solutions

Incontinence urinaire masculine : explications, causes et solutions

Principes de l’incontinence urinaire

L'incontinence est un phénomène fréquent qui traverse les générations et reste malheureusement encore tabou. L’incontinence au sens large englobe les fuites urinaires, mais aussi fécales. Le dictionnaire définit l’incontinence urinaire comme la perte involontaire d’urines, à ne pas confondre ni avec l'énurésie (perte involontaire d'urine pendant le sommeil) ni avec l'impériosité mictionnelle (miction involontaire lors d'une envie d'uriner trop pressante). L'incontinence urinaire elle-même présente deux formes : elle peut être permanente ou ne survenir qu'à l'effort.

D’un point de vue médical, l’incontinence reste un trouble bénin, mais soulève parfois un problème sous-jacent plus important : détecter plusieurs types de maladies ou situations que tout le monde est susceptible de rencontrer un jour : infection urinaire, trouble de la prostate, affaiblissement musculaire due à un accouchement, une opération, voire des troubles neurologiques dans les cas les plus extrêmes.

 

Les différents types d’incontinence urinaire chez l’homme

  • L’incontinence par hyperactivité de la vessie, contraction précoce et non inhibable de la vessie aboutissant à des fuites par envie irrépressible. Cette situation peut être liée à une vessie neurologique (accidents vasculaires cérébraux, maladie d’Alzheimer, maladie de Parkinson, diabète) ou à une réaction du détrusor (couche de muscle lisse située dans la paroi de la vessie) qui lutte en amont d’un obstacle.
  • L’incontinence par incompétence du sphincter strié de l’urètre. Elle est le plus souvent liée à une intervention chirurgicale pour cancer de la prostate.
  • L’incontinence par regorgement liée à une rétention chronique d’urines avec globe vésical en amont d’un obstacle (hyperplasie bénigne de la prostate) ou par un défaut de contractilité vésicale d’origine neurologique.

 

Quelles solutions ?

Une autorééducation ou une rééducation périnéale est le traitement de première intention. Cela améliore le délai de retour de la continence et la qualité de vie. Au-delà d’un an, la persistance de fuites gênantes fait proposer un traitement complémentaire. Dans le cas d’une gêne importante associée à des fuites majeures par déficit sphinctérien il est licite de raccourcir ce délai.

 

Et... en attendant ?

Capture d’écran 2018-09-19 à 10-00

Les produits pour l'incontinence urinaire varient selon le type d'incontinence, la taille de la personne et l'utilisation du change. En premier lieu, les couches assurants un degrés d'absorption optimal, sont à choisir en fonction de certains critères pour s'assurer d'une hygiène convenable.

 

Les étuis péniens sont des dispositifs externes de collecte des urines. Forme identique au préservatif, l'étui pénien est constitué d'une gaine qui se place sur le pénis et d'un embout sur lequel se connecte une tubulure de drainage par laquelle l'urine s'écoule jusqu'à une poche de recueil non stérile et vidangeable.

 

Enfin, le clamp pénien est un dispositif indiqué pour le traitement de l’incontinence urinaire chez l’homme après une chirurgie (prostatectomie,..), des rayons ou autre, ayant entraîné une perte de fonction du sphincter urinaire. C'est un système de contrôle urinaire offrant un confort pour un usage prolongé grâce à une pression sélective sur l’urètre. La mousse en contact avec la peau est lisse et permet les mouvements de la peau. Elle n’absorbe pas l’urine et ainsi n’est pas odorante.

 

Les caractéristiques principales des clamps péniens sont les suivantes :

  • Solution écologique et hygiénique (en comparaison au port des couches)
  • Aide pour la rééducation
  • Plus économique
  • Discret

 

Notre solution est disponible à la vente sur https://aseptinmed-shop.fr/.

 

Sources
https://paceycuff.com/
https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais
https://www.urofrance.org/
https://www.mdm-france.com/